vendredi 26 octobre 2012

La Trace de Christine Féret-fleury


Ce roman contient quelques sous-entendus rapport à des scènes pouvant choquer, mais jamais explicitement décrites. 

Résumé pas forcément Nayiesque :

"Sarah a fait exactement neuf pas sur la bande de moquette écarlate tendue entre le porche et l'autel. Sept pas lents et gracieux, les yeux baissés, comme captive du rayon de lumière qui la nimbait d'or pâle.

Au huitième pas, elle a dégagé son bras de celui de son père. Au neuvième pas, elle a lâché son bouquet. Elle fixait l'autel, les yeux agrandis, comme si le cube de marbre blanc venait de basculer pour dévoiler l'entrée des Enfers.
Puis, elle a fait demi-tour."

Elles sont trois dans cette voiture qui fonce, d'un océan à l'autre, vers la côte Ouest des Etats-Unis. Au volant, Sarah. Sarah qui avait tout pour être heureuse. La beauté. Le talent. Un fiancé de rêve.
Sarah qui a pris la fuite, le matin de son mariage.
Pourquoi ? Qu'est-ce-qui terrorise à ce point Sarah ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Allez, hop, marque-page de Konata, et la lecture démarre.

Le premier truc que j'ai à faire remarquer, c'est qu'il me semble que l'auteur est française. Je vous dis donc COCORICO ! <= Je vous dis donc que je vais me taire...

Alors, oui. Dés le deuxième chapitre, on se met à soupçonner, je pense que toutes les lectrices soupçonnent le même, une certaine personne qui pourrait bien être le serial-killer dont l'on parle au dos. Moi même, je me sentais déçue, comme lorsque l'on lit un livre où tout est révélé dans le prologue. Je me disais "C'est forcément lui dont on parle, c'est logique, c'est tellement évident !". Et pourtant. C'est vraiment une chose impossible à prévoir, ce livre. Plein de rebondissements toutes les trois secondes.

Voilà, c'est le mot que je cherchais : rebondissements. Le livre en est truffé, chacun plus imprévu les uns que les autres. Je ne prévoyais rien. Et j'ai un gros coup de coeur pour le style d'écriture, qui passe de Rébecca à Sarah, et durant un chapitre à Lavinia. La première personne est souvent présente et très bien maîtrisée ! Mais les passages à la troisième également. D'ailleurs, je préférais ces passages un peu "flash-back" ! L'auteur jongle à la perfection entre deux époques, absolument génial.

Je vous avoue que c'est la première fois que j'apprécie un Black Moon.

Parlons des personnages. On ne peut pas vraiment dire qu'il y en ait réellement un principal. ^^

Il y a Sarah. Elle est intéressante, à sa manière, plutôt intelligente. Elle réagit beaucoup à l'instinct. Je ne l'ai pas vraiment vue devenir violente à un moment ou un autre. Une ou deux railleries tout au plus, elle semble adorable à première vue. Je l'ai bien aimé, vraiment.

Rebecca. J'aime beaucoup la phrase "Signes particuliers : néant.". J'adore le fait qu'elle soit amoureuse d'Adrian. Même si il l'appelle Bidule. Par contre, son aspect rancunier n'est pas joli à voir...

Lavinia est vraiment un personnage intéressant, tout autant que Dwhite. Je les aime bien, toutes les deux...

Et puis, il y en a un(e) qui cache vraiment bien son jeu... Je vous en dit pas plus...

A lire, malgré quelques scènes plutôt... Comment dire... Disons que y parlent un peu d'amour, de toutes les manières possibles ^.^"

19 gens-qui-cachent-bien-leur-jeu sur 20 !


Tu as aimé ce livre ? Pas croyable ! "Une irrésistible envie de sucré" pourrait passablement te plaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire