vendredi 26 octobre 2012

Maya Fox 2012 - La prédestinée de Silvia Brena et Iginio Straffi


Les scènes d'amour sont à peine évoquées, mais livre qui n'est pas tout public quand même.

Résumé pas forcément Nayiesque : 

Maya s'est découvert un pouvoir inquiétant : celui de parler avec les morts. Et son père décédé il y a peu lui a transmis un étrange message :"la fin du monde est proche!" Elle comprend alors que le sort de l'humanité est entre ses mains ! elle seule a le pouvoir de déjouer une mystérieuse prophétie qui s'accomplira le 21 décembre 2012. Mais il ne lui reste que quelques jours pour le faire : un tueur fou fasciné par l'Apocalypse l'a désigné comme sa prochaine victime ...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je ne vous dirai pas que ce livre vous est indispensable. Pas du tout.
Mais il reste absolument prenant, malgré tout.
C'est un livre avec des phrases qui te reste dans la tête pendant quelques instants, même lorsqu'on a dépassé la page. Sans aucune hésitation, je dirais que c'est un point fort. La citation au-dessus était un bon exemple, mais il y en a bien d'autres...
Pourquoi n'est-il pas indispensable ? A cause de quelques mauvais points. Entre autres, certains chapitres inutiles. La fin est un peu décevante, sauf la dernière page qui me donne envie de lire la suite immédiatement. La longueur des chapitres n'est pas un mauvais point, ils sont juste très court. La narration à la troisième personne et à la première dans certains chapitres... Très bien maîtrisé, contrairement au livre "Le cueilleur de fraises", que je n'avais pas apprécié, par sa manière de passer du coq à l'âne sans aucune cohérence. Mais là, n'est pas le sujet.

LE mauvais point qui m'a fait un peu grincer des dents, c'est l'histoire d'amour présente dans ce livre qui va beaucoup trop vite. Et les scènes "Love", mais ça, c'est juste pas mon truc.

Malgré tout, les bons points restent au rendez-vous. Ca serait long de tous les dire, mais retenons surtout qu'on peut parfaitement se mettre à la place de Maya. Ses sentiments et émotions, souvenirs aussi, sont décrit à la perfection.

Mention spéciale aux lettres qu'écrit Gacy à Megan, la mère de Maya. On n'arrive pas à le cerner, mais il est vraiment complexe. On arrive à comprendre le "méchant", qui n'est pas dépourvu de raisons pour une fois, qui n'est pas juste un fou sans profondeur.

Passons désormais aux personnages.

Tout d'abord, Maya Fox, le personnage principal de l'histoire. On peut retrouver un peu d'elle en chacun de nous, je pense. Elle est intéressante, et se sait imparfaite. On sent aussi que l'amour qu'elle porte à son père est très beau, ce qui la rend un peu touchante en un sens.

Flo et John (je vais les mettre ensemble) ne m'ont pas particulièrement marqué. Sympathiques, mais pas extraordinaires.

Trent m'a beaucoup énervée. Je pense que je ne serai pas la seule à lui donner une baffe s'il se conduisait comme ça avec quelqu'un que je connais. Mais il aime Maya, alors bon. Remarquons aussi son inutilité dans les derniers chapitres, où il reste tranquillos dans sa voiture alors que... Euh ! J'en ai trop dit !

Megan a une personnalité intéressante, mais m'a beaucoup énervée avec son côté "je veux tout contrôler". Elle reste une mère qui se préoccupe beaucoup de sa fille.

Phoebe a aussi une personnalité intéressante. Je l'apprécie déjà plus que Megan, ou que Flo et John, et bieeeeeennn plus que Trent. Des lycéens de ce livre, c'est assurément elle que je préfère, elle et son côté caché que je ne soupçonnais pas.

Et mon coup de coeur est Michael Gacy ! Je lisais ses lettres avec toujours autant d'émotions. Difficile à cerner, c'est ce qui lui convient le mieux. Et vers la fin, son côté terrifiant m'a fait mourir de peur. J'étais totalement à la place de Maya, entendant sa voix... brrr.


Aucune larme versée, mais un 16 tatouages sur 20 accordé !

Tu as aimé ce livre ? Intéressant. Et donc tu veux en lire un qui pourra te rappeler le temps que tu as passé avec ce livre ? On m'a conseillé A.N.G.E. Je ne peux pas te dire si c'est la vérité, je ne l'ai pas lu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire