lundi 4 février 2013

Maeve Regan - T1 - Rage de dents de Marika Gallman


Quelques scènes pas très catholiques peuvent en choquer quelques-uns parmi nous, la pauvre petite que je suis y compris.

Résumé pas forcément Nayiesque :


Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre. Ça, c’était avant qu’on essaie de me kidnapper.

Aujourd’hui, tout semble être fait pour me foutre en rogne.

Petit 1 : j’apprends que ma famille n’est pas ce qu’elle semble être.
Petit 2 : l’homme qui m’a élevée me ment sans vergogne.
Petit 3 : des types douteux me poursuivent.
Et petit 4 : il semblerait que je ne sois pas tout à fait humaine…

Ah, j’oubliais ! Mon seul allié dans ce merdier est un vampire charismatique dont le passe-temps favori est de me martyriser en me rappelant à quel point je ne suis pas si différente de lui.

Quand je vous dis qu’il y a de quoi s’énerver…


L'avis tout à fait Nayiesque :

Pfff. Les livres. Quand allez-vous comprendre qu'il faut être soit nul soit bon pour que je me casse pas la tête à faire un avis qui reflète vraiment exactement ce que je pense. Or, ce livre a vraiment décidé de m'em...bêter (pour rester polie) jusqu'à la fin et donc c'est parti pour un avis qui se contredit de partout et qui est carrément pas agréable à lire. Je vois dans vos yeux que vous en êtes très heureux et que vous voulez m'étrangler. Pas ma faute, c'est le livre qui veut ça.

Le livre est sûrement assez bon si l'on lit d'une traite ou si l'on n'est pas très exigeant en matière d'absence de scènes inutiles, de fin et des personnages. Ce qui, vous l'aurez compris, n'est pas mon cas.

Les scènes inutiles n'en parlons même pas, on les retire, le livre fait 200 pages de moins si on ne met que les éléments assez intéressants ou drôle, du moins qui rende la lecture agréable. De plus, ces scènes m'ont personnellement beaucoup gênées - certes on nous présente Maeve comme une sorte de femme fatale miniature, mais nous décrire tout ce qu'il se passe dans sa chambre, ruelle, lit d'un gars bizarre, son taxi ou sa table basse n'était pas nécessaire et m'a franchement mis mal à l'aise dans ma lecture. 

La fin est juste totalement ratée à mes yeux. Déjà que je survolais vraiment les dernières pages d'un ennui à faire tomber par terre un type qui écoute la même chanson composée uniquement de miaulements de chats toute la journée, la fin ne fait vraiment pas... Fin. D'accord il y a plusieurs tomes, mais je ne sais pas, qu'on nous fasse un cliffhanger, ou une brève impression que tout rentre dans l'ordre, là on dirait juste une bête fin de chapitre mal faite. Pour un chapitre ça n'a pas trop d'importance, mais pour la fin, il faut une sensation d'accomplissement, se dire que l'on a pas lu tout ça pour rien. En plus la fin peut me faire changer d'avis complet sur un livre (témoin L'épreuve que j'ai trouvé moyen tout le long et que la fin l'a fait devenir mon livre préféré et celui que j'attends le plus au tournant). Donc, de ce côté là c'est raté.

L'histoire étant plutôt bien foutue j'aurais pu aimer ce livre, premier livre de bit-lit que j'apprécierais dans ce cas. Mais il y a UN point qui enlève tout le charme qu'aurait pu avoir Rage de dents. UN POINT.

Les personnages sont tous tout simplement insupportable et c'est là que réside le plus gros problème possible à mes yeux.

D'habitude, j'ai toujours au moins un petit personnage pour rattraper le tout dans un bouquin. Là, néant. L'auteur est vraiment allé trop loin dans ses personnages.

Place à la partie défouloir, donc.

Commençons par Maeve, évidemment le personnage principal comme le laisse subtilement penser le titre de la série, qui aurait du être décrite comme "la brune indépendante qui ne se laisse pas marcher sur les pieds mais avec un côté sensible et touchant". Ce n'est pas du tout cet effet que j'ai retenu. Ce serait plus quelque chose comme "la brune emmerdeuse qui fait chier le monde entier mais que tout le monde aime bien pour une raison inexplicable mais avec un côté pleurnicharde qui survient au moment le moins approprié". Franchement, elle est insupportable, j'en pouvais plus de la voir tout le temps. Manque de bol, c'est un peu elle la narratrice du coup pour ne pas la voir dans l'action c'est mal barré.

Contrairement à ce que certains pensent, je n'ai pas de haine quelconque envers les beaux bruns ténébreux, juste à l'aspect narquois et cynique qu'on tente de leur donner. Même si ça marche très bien quand c'est avec modération (j'imagine), quand ça devient trop c'est horriblement insupportable. Avant, j'appelais ça l'Effet Patch, maintenant c'est définitivement l'Effet Lukas le nom exact. A côté de lui, Patch est un ange (... m*rde, je viens de me rendre compte de l'ironie de ma phrase...). Non, franchement, en plus d'être le plus gros stéréotype possible, Lukas est rempli de contradictions. 
Première étape : " Faisons des trucs ensemble !"
Deuxième étape : "Je veux te tuer la gueule !"
Troisième étape : "Habite chez moi !"
Quatrième étape : "Faisons des trucs ensemble !"
Cinquième étape : "Je t'aime..."
Sixième étape : "...Mais en fait non. Faisons des trucs ensemble !"
Pour ne pas spoiler la fin, je m'arrêterai ici. Lukas est le personnage le plus insupportable possible au monde.

Il me semblait que Elliot pourrait sauver le tableau et en fait... NON. Lui qui paraît un minimum censé au début face à l'attitude de Maeve, il finit par agir comme le plus gros connard de l'univers en larguant une fille chouette, en n'étant pas du tout attristée par son meurtre (franchement, cette fille a tout fait pour les aider, elle l'aimait sincérement, puis il la largue dans sa fête, la fille se fait assassiner pour rien, c'est presque s'il dansait la Macarena à côté de son cadavre. Comme dirait un certain personnage de J'ai Jamais Su Dire Non, "si c'est pas un bâtard !") et en la laissant quand même tomber pour la fille la plus horrible de tous les temps - je vous laisse deviner de qui je parle si gentiment...

L'auteur a-t-elle fait exprès de faire mourir un des deux personnages que j'aime bien et de donner un nom de Teletubbies à l'autre qui mourra sûrement plus tard en son rôle de protecteur, honorablement, tout le monde va pleurer, que l'on va oublier deux pages plus tard.

Ce qui me rend triste est que ce livre aurait pu être bien s'il n'avait pas été truffé de toutes ces choses insupportables. Ce qui nous fait donc une note de 8/20. J'ai reçu le tome 2 donc je le lirai, mais ce ne sera sûrement pas pour tout de suite, je ferai ça quand je serai un peu trop calme. Et c'est vraiment parce que je l'ai que je le lis, ne comptez pas sur moi pour acheter la suite si suite il y a après avoir fini. Mais, restons optimiste, peut-être ce tome 1 n'était-il que le début désastreux d'une aventure qui ne le sera en fin de compte pas ?

Si tu as aimé ce livre, c'est ton droit le plus strict, et tu pourrais te plonger dans Hush, hush sans trop de perturbations je pense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire