vendredi 8 février 2013

Vie d'une flemmarde 2 : Model un livre qui regroupe tout ce que j'aime pas... Manque de bol, c'est le mien.

Hé, salut les gens.

Si vous ne me sentez pas très enthousiaste, ne vous en faites pas pour moi, je suis simplement un peu découragée en ce moment. Oui, on peut le dire, je suis à bout, et "aller bien" je ne le comprends même plus. Ce n'est qu'un état passager pour moi, j'espère que mes blagues pourries ne vous manqueront pas trop (au pire je relis l'article quand je vais mieux, je pourrais en rajouter tout naturellement j'en suis sûre) ! Sur ce, excusez-moi et passons à ce Vie d'une flemmarde plus en retard que tout ce qui existe sur Terre.

On tombe sur ça quand on tape "Model" sur Google Image. Etrange.
Je suis assez fière du travail que j'ai fourni pour ce roman pour lequel j'ai sué sang et eau et passé surtout un nombre de nuits blanches assez incroyables (ce que je suis en train de faire actuellement pour poster 2 vie d'une flemmarde sur le week-end) pour écrire et terminer des animes aussi, mais c'est une autre histoire. Ce dont je suis moins fière, c'est que ce qui en résulte, bah c'est une belle bouse bien fumante. En tous cas, pour moi. Je ne comprends pas. J'ai écrit typiquement le type de livres que j’achèterai, lirait en me disant "ça passe", dirait "quelle fin de merde", et l'oublierait dés le lendemain.

Ce à quoi ressemble Model à peu de choses près 
 Ca m'énerve d'avoir passé autant de temps sur une chose qui ne me satisfait pas. Pas assez bon pour tenter la publication en tous les cas. Et, en toute honnêteté, après avoir promis à mes parents que cette fois-ci sera la bonne et que je pourrais leur faire lire, voir leurs mines déprimées m'a franchement mis un coup au moral. Serais-je un jour capable de dépasser ce que je pense ou pas ? Mettre le roman disponible sur internet est déjà un grand pas que j'ai franchi non sans appréhension.

Mais d'abord, avant de vous assommer d'explications sur l'univers, sur ce quoi j'ai travaillé et ai voulu transmettre, voici un petit résumé.

Jessy, 17 ans, grande, mince, bref, tout ce qui ressemble à une fille parfaite. Si seulement elle n'avait pas ce stupide complexe ! Alors, quand on lui propose de s'en débarasser, si elle n'acceptait pas, ce serait pure folie ! La voici entraînée dans un monde étrange où elle fera connaissance de Devon. Son allié ? Rien n'est moins sûr...


Je sais que tu n'as pas tout lu parce que c'était en italique.  Je te vois, Baka.

Malgré ce que pourrait laisser penser le résumé, "vaincre ses complexes" n'est pas du tout le thème du livre. Il n'y a aucun thème en particulier, en réalité, je ne vais pas vous faire croire un truc stupide sur le monde parallèle Model, c'est juste un monde qui sert de support à une histoire, rien de plus. Ce que j'ai essayé de mettre en avant n'est pas l'univers mais bien les sentiments contradictoires, les situations diverses et bien entendu les personnages, point très important à mes yeux.

Les sentiments contradictoires ? C'est quoi encore cette connerie ? me demandez-vous. Je n'en suis même pas sûre moi-même. Ce que j'ai écrit se contredit partout dans tous les sens, mais en même temps avec une certaine logique dont je suis assez fière. Arriver à garder un tout à peu près cohérent alors que les personnages passent leur temps à donner des informations contradictoires, que ce soit les personnages secondaires ou la narratrice, je ne pensais pas pouvoir y arriver et pourtant il ne me semble pas que ce soit trop difficile à comprendre. Cet aspect est bien plus en avant que je ne l'aurais pensé, lors de ma relecture je m'en suis rapidement rendue compte. Je ne sais pas quoi en penser, si je serai la seule pour laquelle cela sautera aux yeux... En tous les cas, je suis très heureuse d'avoir un tout cohérent.

Model n'est pas en soi un roman avec des combats épiques de tous les côtés, une trame scénaristique digne d'un Eragon ou même un simple livre capable de plaire aux gens dotés d'un Q.I. dépassant 3. Les situations diverses entre personnages secondaires et héroïne sont mis en avant. En fin de compte, c'est plutôt un tracé de leur route vers plusieurs objectifs, certains identiques d'autres différents, dont au moins un les ayant poussés à tracer le chemin ensemble.


Je me disais bien qu'avec une description pareille ils finiraient par venir ces cons.

Les personnages, ou la seule chose dont je peux vraiment me vanter dans ce fouillis indescriptible. J'ai essayé de donner à chacun une personnalité qui peut être plausible et des répliques naturelles. Par ça, je veux dire que j'ai essayé que ça soit possible de s'identifier à un des personnages. Petit passage des premiers présentés.

Jessy/Jinkira est la narratrice du livre. Une narratrice pouvant sembler insupportable pendant le livre entier. J'ai essayé de ne pas trop la changer au fur et à mesure du livre. Bien souvent on a affaire à la fille chiante qui devient soudainement gentille ou l'inverse. Elle ne changera presque pas, bien que sur son comportement on peut voir des améliorations - envers certaines personnes seulement. Elle est loin d'être une Tsundere ( même si dans le livre on pourra apercevoir un personnage qui correspond clairement à ce type de profil) parce qu'elle n'a pas de masque à proprement parler. Les gens naturellement énervants ça existe... Malheureusement.

Nous avons ensuite Devon, qui est un personnage flou alors qu'il passe son temps à nous parler des bribes de son passé, de son mental, de son futur. Le problème réside dans le mot "bribes" bien sûr, et pourtant on ne pourrait pas le définir comme un personnage mystérieux. Je n'avais même pas prévu de personnalité particulière pour lui, à la base. J'y suis donc allée à l'instinct, avec certaines choses vraiment clichées car je n'ai pas pris le temps d'y réfléchir. A l'instinct. Comme toute l'histoire.

La troisième personne que je pourrais inclure dans cette rapide présentation sans spoiler les caractères bien plus intéressant que celui-ci est celui de Weyl. J'avoue que je me suis carrément défoulée sur ce personnage. Elle est autoritaire, bizarre et... très bizarre aussi. Pourtant, elle a une part d'ombre involontaire dont j'ai fini par jouer. Je l'aime bien, cette Weyl.

Je ne vous conseille pas de le lire, pas spécialement à cause de la qualité d'écriture médiocre mais plutôt de l'absence de bonne fin. Totalement démoralisée, je l'ai bâclée puissance mille. Le dernier chapitre est de quelques phrases et ce n'est qu'un cliffhanger pour une suite incertaine.

Je suis contente de l'avoir écrit quand même. Mon niveau d'écriture en a énormément été amélioré et je suis ravie d'avoir pu écrire un "vrai" roman (avant j'écrivais des conneries avec des blagues toutes les cinq lignes dans une série que je ne pourrais jamais finir). Et, si je laisse de côté mon aspect "ce que je fais c'est nul et tu n’achèterais jamais un livre comme le tien" alors je peux dire que je suis fière de mon petit bouquin.

Pas osé le proposer à publier, pas assez bon pour ça, vous pouvez toutefois vous forger votre propre avis en cliquant ici, et si vous trouvez le temps, inscrivez vous sur ce magnifique forum !

Model c'est par ici !

Model est en cours de publication sur le forum mais j'ai bien fini de l'écrire, pas d'inquiétude !

Malgré tout, je n'arrêterai pas d'écrire, parce que m'empêcher d'écrire c'est comme retirer son poireau à Hachune Miku.


J'arrive pas encore parfaitement à faire ma bouche en rectangle mais je me soigne, et oui je suis capable de faire cette tronche si on m'empêche d'écrire.

Malgré le pessimisme de cette Vie d'une flemmarde qui j'espère sera la seule à révéler autant mon état d'esprit, je vous souhaite une bonne lecture et de beaux rêves pleins de Nyan Cat !

Naya

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire