vendredi 29 mars 2013

Film : Bungaku Shôjo

Résumé pas forcément Nayiesque :

Konoha Inoue est un élève ordinaire jusqu'au jour où il remporte le grand prix de littérature en étant le plus jeune auteur. Cependant à cause du succès il décide d'arrêter d'écrire des romans. Plus tard le jour de son entrée au lycée, il fait la connaissance de Amano Tooko, une jeune fille à première vue ordinaire mais qui se révèle être un être surnaturel. Cette fille adore manger de la littérature et dévore des bouts de livres. Konoha Inoue ayant découvert son secret sera obligé de rejoindre le club de littérature afin qu'il lui écrive de quoi apaiser sa gourmandise peu commune.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Bungaku Shôjo est un film dont je n'avais jamais entendu parler avant de tomber par le plus grand des hasards sur le nom. J'ai regardé l'image et elle m'a plue. Comme quoi, on part souvent de rien pour regarder les plus grands films. Car, ce film a beau ne pas être connu du tout, il le mériterait vraiment pour sa beauté, pour son histoire tellement bien foutue, mais en même temps pas totalement expliquée... C'est ce qui fait vraiment son charme.

Ce que je dois avouer, c'est qu'une histoire aussi bien foutue ça ne court pas les rues. J'avais commencé en pensant que ce ne serait qu'une comédie assez sympathique (une fille qui mange des livres, ça ne m'inspire pas franchement un mélodrame avec des pokémons), j'ai fini par être en larmes. Au-delà d'un thème inspirant plutôt du rire bien bourrin et nul, se cache une petite pépite.

Le film bénéficie d'une histoire assez riche et surtout totalement inattendue. Encore une fois, il y a eu un petit couple pas vraiment mis en avant que j'adore. Ne croyez pas que je deviens romantique ou autre connerie du genre. J'aime bien voir les gens qui vont bien ensemble. C'est tout. Surtout quand c'est inattendu et qu'un des deux personnages est trop meugnon.

L'excuse que je voudrais bien sortir est que si l'on parle trop de ce film, toute la magie s'en enlève. Et c'est vrai. Mais maintenant que je parle aussi de la partie technique, je vais morfler quand même. On peut même plus être une feignasse en paix, dans ce monde de brutes. Je suis hautement choquée par les efforts qu'on me demande de fournir alors que je suis dans mon lit. Ca aurait été pour Twilight, j'aurais écrit "Ce livre est à chier des arc-en-ciel." et c'est tout. Mais là, on parle quand même de Bungaku Shôjo. Un de ses personnages principaux et une toute petite lycéenne que l'on pourrait qualifier de choupi-kawaii sans trop d'injures sont quand même en tête du blog, j'ai envie de dire que ce n'est pas rien. Ce film m'a tellement plu que j'aimerais qu'elles y restent pendant... Longtemps. En plus, le vert, c'est ma couleur préférée. Mais ça, je pense que vous vous en foutez royalement. Donc, pendant ce paragraphe ennuyeux je vais juste raconter que je déteste les champignons pour le kiff.

Si vous avez réussi à endurer ce paragraphe, je vous aime. Beaucoup.

Je n'ai pas envie de faire de gros spoils baveux sur un film aussi merveilleux, alors passons directement au côté technique.

Bungaku Shojo a des graphismes tout à fait corrects, même si j'avoue qu'ils ne sont pas extraordinaires. En tous les cas, ils sont agréables à l'oeil, même si la forme du visage de Tôko me gêne un peu, autant que celle de Konoha. L'animation est bonne sans être magnifique, de ce côté-là il n'y a rien à reprocher.

Du côté de l'OST, je suis quasiment certaine que je continuerai à l'écouter de temps à autre. Elle est géniale du début à la fin, c'est pourquoi il a été très difficile de n'en choisir que quatre. 

La place "t'aurais pu être dans le top 3, mais non, chaise", nous retrouvons

Miu I





Une chanson qui est certes courte, mais qui retranscrit très bien la personnalité du personnage complexe (et passablement insupportable *raclement de gorge*) de Miu. Même si le nom Miu est assez ridicule, mais ce n'est que mon humble avis de fan de licorne. Une jolie petite musique à mettre le matin pour se réveiller en douceur (puis retomber comme une masse juste après... Comment ça, ça sent le vécu ?).

Tsuri !


Campanella no Nozomi



Beau et mystérieux à la fois, je ne sais pas exactement quoi demander de plus... Certes, elle est très répétitive, mais sa longueur l'excuse totalement. Quelques nuances agréables, une jolie petite musique que j'aime beaucoup.

Tsu !


Konoha wo Yobu Koe



Ce morceau a un petit côté inquiétant que j'aime beaucoup et que je n'attendais vraiment pas (dans le bon sens du terme) dans l'histoire. Elle se termine assez brutalement, c'est une des raisons pour lesquelles je ne l'ai pas mise en première place. L'arrêt se fait brusque, alors que l'on a l'impression que l'on en est qu'au début. Dommage, mais l'ambiance qui sort de la chanson n'en reste pas moins géniale.

Wan !


Owara nai Melody



Elle est vraiment très jolie, ça a été un gros coup de coeur pour moi, le personnage de Tôko est très apparent dans la mélodie.

Un gros, gros coup de coeur pour moi pour un film d'animation malheureusement pas assez mis en avant à mon goût. J'espère vraiment que quelques personnes le regarderont, il est magnifique et complexe.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire