samedi 2 mars 2013

La rançon des ténèbres de Simon Clark

Résumé pas forcément Nayiesque :

Franchement, vous iriez vivre à deux pas d'un immense cimetière abandonné? John Newton, lui, n'a pas peur. Écrivain à succès, il installe même toute sa petite famille dans un vieux moulin retapé. Mais, fatalement, un beau jour, les "voisins" se manifestent. John reçoit une lettre écrite par le fantôme d'un enfant mort depuis un siècle: prière de déposer une tablette de chocolat sur sa tombe. Newton pourrait en rire, mais le gamin le menace de représailles s'il n'a pas sa petite douceur. Et très vite, ses exigence augmentent. A tel point qu'il finit par réclamer la fille de John pour jouer avec dans l'au-delà...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Dans un style d'écriture qui se lit sans encombre malgré que ça soit à la troisième personne et une histoire à priori sympathique, La rançon des ténèbres s'annonçait comme un livre agréable pour faire passer le temps. Grave erreur de ma part. 

Dans ce livre, ce qu'il y a de premier à constater est qu'il ne se passe... Strictement... Rien. Je... Pense... Que... Le... Seul... Moyen... De... Le... Rendre... Plus... Enervant... A ... Lire... Serait... De.... Placer... des... points de suspension... entre... chaque... mot. Je ne vous mens pas lorsque je dis qu'il ne se passe vraiment rien du tout. Même si le début s'annonce bien avec tous ses mystères, ces mystères seront résolus 70 pages avant la page. Mais pendant le reste du livre, il ne se passe rien. Et ce n'est pas comme s'il n'était qu'un livre de quelques pages, on a vraiment affaire à une brique d'un peu plus de cinq-cents pages, dont la plupart sont d'un ennui mortel. Alors, comment l'auteur nous maintient en haleine, comment a-t-il réussi à faire 430 pages sans aucune action ? 

Par une technique vieille comme le monde : rajouter des descriptions et des scènes complètement inutiles.
Si ce n'était que ça...
L'auteur a aussi la merveilleuse idée de rendre ces scènes et détails de manière à bien mettre le lecteur mal à l'aise et/ou de l'énerver. Retour en images (ou pas) sur ceux que j'ai retenu.

=> Elizabeth, une petite fille innocente, confond des préservatifs avec des chewing-gums... En plus d'être complètement gratuit, ça se paye le luxe d'être franchement malsain. On avait pas besoin de ça pour comprendre que son frère en avait acheté (d'ailleurs, on avait pas besoin de savoir que son frère en avait acheté) !
=> Ce personnage important est dans son bain en train de se faire maltraiter par son beau-fils. Oui, il prend un bain, on a compris que par conséquent il était nu, pas besoin d'une description détaillée de son phallus ! Ou la meilleure manière de me mettre mal à l'aise.
=> J'ai dénombré pas moins de 50 "yeux d'Espagnole" quand Paul pense à Miranda sur tout le livre. Elle a des yeux d'Espagnole ? Mais, b*rdel, ça ressemble à quoi des yeux d'Espagnole, c'est la même chose que les yeux de tout le monde ! En plus, à nous le rappeler toutes les 5 secondes comme ça, on dirait plutôt que la gars est amoureux de ses yeux, ce qui je vous l'accorde, est assez glauque.
=> Et bien entendu, les scènes d'amour inutiles à n'en plus finir. C'était pour quoi ? Un prétexte pour s'attacher aux personnages ?

Justement, venons-en aux personnages. Ils sont tellement en train de coucher partout que la seule impression qui me reste d'eux ce sont de beaux pervers dégueulasses. J'avais acheté ce livre pour avoir ma petite dose de frousse, pas pour regarder Les Pervers à un p'tit village paumé et hanté. Je n'ai pu m'attacher qu'à un seul personnage, qu'ils ont fait mourir. FRANCHEMENT.

Vous voyez le résumé ? La dernière phrase est supposé être le plus gros twist scénaristique de tout le livre. Une histoire sans aucune surprise, et surtout sans aucune fin. Quand tu le finis, la seule phrase possible est "c'est tout ?", ou à la rigueur " tout ça pour ça ?".

Le véritable problème de ce livre est bien la forme plus que le fond. Si je vous le conseille ? Pourquoi pas, ce n'est pas vraiment un mauvais livre. Mais toutes ces choses risquent d'atteindre votre santé mentale, c'est pourquoi il est nécessaire d'apporter un oreiller pour se taper la tête dedans et de l'eau de javel pour bien se laver l'intérieur intégralement.

Sur ces mots plein de sagesse, je vous dirai de construire votre opinion si tel est votre choix.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire