mardi 26 mars 2013

Vie d'une flemmarde 6 : Mad Father + Explications sur un projet



Bonjour à tous les petits Nayiens !

Etant proie à une méchante coupure de wi-fi, je suis dans l'obligation d'écrire ce Vie d'une flemmarde sans aucune image sur mon petit bloc-notes (matériel de foliiiie). Comme la plupart des vannes sont basées dessus, ce sera un peu plus dur pour moi de vous faire sourire. Ou pas.

Je vous entends venir : tu parles de jeux vidéos ? T'as que ça à foutre ? Je vous répondrai que oui. Et pourquoi en regrouper plusieurs en un ? Parce qu'ils ne sont pas importants, ou pas encore testés, ou ne peuvent pas faire un vie d'une flemmarde entier ! Quoique, j'ai réussi avec The Mirror Lied qui ne dure qu'une trentaine de minutes, mais c'était nul et sans aucun sens (mon post, hein, pas le jeu) D'ailleurs, je vous en préparerai plus sur des jeux non indépendants prochainement. Dont un sur une saga que j'affectionne particulièrement, qui se trouve être celle des Ace Att... J'en ai déjà trop dit ! Je tenterai aussi la musique. Le prochain album de Paramore me paraît parfait pour commencer.

Il n'y a pas longtemps, j'ai donc tenté l'expérience Mad Father, testé par un grand nombre de let's playeur. Voici un bref résumé par mes soins (bien obligé, je peux plus aller les piquer sur internet .__.) !

Mad Father : Ton père n'est pas très très gentil

Aya était heureuse. Son père et sa mère s'aimaient, elle était une petite fille pleine de joie et l'attention portée sur elle lui suffisait.
Maintenant, Aya a 11 ans.
Sa mère est morte.
Son père pratique des expériences sur des corps.
Son assistante l'aime, et ça semble être réciproque.
Mais elle l'ignore. Parce que tout va bien.
Une nuit, un cri de son père retentit. Est-il en danger ? Que vient faire sa mère dans cette histoire ? Ami, ennemi ? Tant de questions pour une petite fille qui pensait que sa vie était normale... Jusqu'à ce soir.

J'ai vraiment apprécié ce jeu, étrangement. Pourtant, moi et l'horreur, ça fait vraiment deux. Il m'a fallu un petit quart d'heure de jeu pour hurler. Il faut croire que je ne suis pas encore habituée aux screamers. Ca puait à trois kilomètres à la ronde, mais je suis très naïve dans ce genre de jeu. Je me sens vraiment sous pression.

Mad Father, pour un RPG maker est dans l'ensemble très bon. Les graphismes sont vraiment beaux, les artworks sont magnifiques et retranscrissent à la perfection les émotions des personnages. Même si parfois certains personnages sont quand même assez étranges au niveau du physique. Nous noterons les... avant-bras... d'une taille surhumaine de la mère d'Aya, l'ombre sur la moitié du visage du père Dravis tout le temps (autobronzant ? Sur la moitié du visage uniquement, c'est son choix, mais c'est bizarre...), la tête de violeuse de Maria qui n'apparaît qu'à la fin (et pas durant les trois)... Ca n'en reste pas moins très joli.

Ca a beau être de l'horreur, on sent que ce n'est pas juste des "hahaha, fait tout noiiiir, BOUUUUUH ! hahaha, t'as eu peeeuuuuur". Il y a une ambiance assez, voir très, malsaine qui plane à longueur de jeu. Et ce que je déteste, c'est quand on a une lampe de poche qui n'éclaire qu'un certain périmètre autour de soi. Il y a eu un passage comme ça qui était très bien fait, j'ai même du arrêter le jeu pour me calmer. Evidemment, la peur dans ce jeu est principalement due à l'ambiance, c'est pourquoi si vous avez trop peur, il vaut mieux se chanter une chanson. Le générique de My Little Pony marche très bien, si vous voulez un avis. L'histoire est également bien présente, et comme beaucoup de RPG maker "connus" il présente plusieurs fins dont une seule "True End" qui sont toutes aussi excellentes les unes que les autres. Je suis très chanceuse car j'ai réussi à avoir la bonne fin du premier coup (néanmoins, sans la scène bonus que j'ai regardé sur Youtube, avec les fins alternatives également). Je vais donc en toucher un mot, mais alertes spoilers, vous serez prévenus.

SPOILERS

On peut aisément comprendre que Aya Drevis est bien la fille de son père : elle transforme ses patients en poupées tout comme le faisait son paternel, comme le laisse aisément deviner les poupées dans la maison et le texte de Maria à la fin. La plupart des hypothèses ne peuvent qu'être justes, comme le fait que Maria soit la vieille dame, etc... Il y a juste une chose que je n'avais pas encore vue soulevée. Certes, toute la maison aurait du être brûlée, donc tous les livres avec. Il reste néanmoins le livre du père. Pour moi, il est clair que c'est bien Maria qui l'avait pris avec elle. Qui sait si elle n'avait pas planifié de ne pas tuer le père ? Je suis persuadée que c'est bien elle qui avait pris le livre avec elle hors de la maison, qui a fait d'Aya une psychopathe en puissance. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle est de mèche avec le gars en costume noir et au chapeau, que nous appelerons ici Le Corbôw (juste parce que c'est ridicule, ne cherchez surtout pas de raison valable). Si Maria avait effectivement tout planifié, j'admets volontiers que c'est un des personnages les plus complexes des RPG, et pas uniquement Maker.

FIN SPOILERS

S'il y avait quelques points négatifs à donner, ce serait les contrôles pas vraiment adaptés au jeu (mais ça c'est pour la plupart des RPG maker), et particulièrement le système de sauvegarde. Même si l'idée d'utiliser un corbeau pour les sauvegardes n'a rien d'embêtant, il m'a fallut du temps avant de comprendre comment quitter. Peut-être que je suis juste stupide... Rien à dire non plus sur la musique, Mad Father c'est que du bon, je vous conseille d'y jouer, il ne vous résistera que 3 bonnes heures, 4 si vous décidez de débloquer toutes les fins.

_______________________________________

Maintenant, parlons plus sérieusement, jeunes lecteurs au nombre de 3 (recoooord !). Je sais que vous n'en avez pas l'habitude, tant pis pour vous.

Comme vous le savez tous, ou peut-être pas si vous rigolez encore quand quelqu'un dit "caca", "pipi", "prout" ou autre mot extrêmement amusant (bon, j'avoue je ris aussi), un blog n'est pas une innocente petite fée, un innocent site tout beau tout meugnon. Si vous le croyez, je vous dirai tout simplement "ssssshhhhhhhh". En effet, mon blog comme celui de beaucoup de personnes émet du CO2. Sauf que le mien est tellement désert qu'il en émet beaucoup moins bien sûr. Mais c'est important. C'est pour les arbres. Un arbre planté absorbera sur un an 5 kg de CO2 (c'est une moyenne, évidemment).

Il suffit de planter un arbre pour rattraper le CO2 qu'émettra un blog. Certes, c'est très mal dit, (il est probable que je ne sache pas m'exprimer) j'espère néanmoins que vous avez saisi l'idée. Faites-le vous aussi si vous en avez, même s'il n'est visité que par votre poisson rouge. Parce que vous savez quoi ? Les poissons rouges, c'est gentil.

Il vous suffira de mettre le badge que vous voyez désormais dans la barre de droite et d'écrire quelques petites lignes pour expliquer l'initiative, rien de bien compliqué en somme. Pour plus de renseignements :

C'est ici

Vous auriez pu cliquer sur le badge également, mais il est probable que vous soyiez une grosse feignasse. Comme je vous comprends...

Bref, mon blog est maintenant à 0% de carbone émis et 100% de connerie écrites, on a pas encore trouvé comment remédier à ça par contre.

L'écologie me tient à coeur, les gens. C'est en faisant un petit pas que l'on trouve le moyen de changer le monde ou de vider son frigo, dixit les voix dans ma tête.

Post un peu court, en espérant que vous me pardonneriez ! \o\






2 commentaires:

  1. Merci pour ce poste super drôle :3 ! Super sympa ce que tu écris mirci et continue coumme cha !
    Arigatooooo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de faire plus de post sur les jeux vidéo et moins sur les livres on s'emmerde un peu à lire (pour les livres ) donc bon voala !

      Supprimer