mardi 9 avril 2013

Film : Ace Attorney

Résumé pas forcément Nayiesque :

Le jeune avocat de la défense Phoenix Wright s'efforce de protéger ses clients dans divers procès pour meurtre, y compris la mort de son mentor, Mia Fey et l'accusation du procureur rival, Miles Edgeworth. Le plus grand allié de Wright est la plus jeune sœur de MiaMaya Fey, un médium dont les capacités restent encore à prouver.

Wright se voit ensuite confier la tâche de résoudre le cas DL-6, un crime resté non résolu depuis 15 ans. Il va également aller à l'encontre de Manfred von Karma, un procureur qui n'a pas perdu un procès en 40 ans.


L'avis tout à fait Nayiesque :

Aaaaah, les Phoenix Wright, la saga Ace Attorney, que d'heures de jeu passées à rire, parfois à être un peu déprimée... Malheureusement, ces petits bijoux ne sont pas assez connus en France, car pas vraiment mis en avant, alors que les amateurs d'un professeur Layton par exemple ne pourrait que retrouver une ambiance particulière qu'il affectionne dans ces jeux... En grande fan de la série, je ne pouvais pas rester indéfiniment sans le regarder, et alors quand le lien en vostfr a été posté sur un forum (merci encore Angélique \o/), je me suis ruée dessus. Mon avis sur la question ? Je suis finalement assez mitigée.

Pour les fans autant que pour ceux qui ne connaissent pas, cela peut être une grande déception. Ce n'est pourtant pas un mauvais film. Mais alors, que se passe-t-il pour que l'on ne puisse pas aimer ? C'est parti pour un retour pas en images sur l'action.

Je dois avouer qu'au début j'étais totalement comme ça :


QU'EST-CE-QU'ILS ONT FAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIT ?
Le début est franchement étrange dans la mesure où le tribunal se trouve être le plus minables de tous les temps. Il y a des femmes de ménage qui passe en même temps que le procès, du linge qui pend partout et... Oh mon Dieu, le juge n'a pas de barbe o.O Mon cerveau a fait une sorte de bruit horrible quand la femme de ménage vient et lui lance des confettis dessus (à ce stade-là, ça ressemblait plus à des restes de papier toilettes... Mais pourquoi se balade-t-elle avec ça ? A moins que ce soit les restes d'un origami ? Mais qu'est-ce-qu'elle fout dans un tribunal si elle est passionnée d'origami ?). Je ne pensais même pas qu'ils allaient prendre le détail là du jeu, j'ai toujours cru qu'il s'agissait du cerveau de notre avocat qui se les représentait mentalement, pas que des femmes de ménage venaient lui en jeter sur la tête... Enfin, passons, ce n'est que le début.

Après une brève apparition de cette première affaire avec un Boulay bien représenté et un Paul plus vrai que nature, ainsi qu'une autre de l'affaire du Samouraï d'acier, vient le tour de l'affaire 2, celle à laquelle j'ai bloqué la première fois que j'ai fait le jeu (en même temps, je devais avoir quelque chose comme sept ans...). L'actrice qui joue Mia est parfaite, Maya semble correspondre en tout point. Bon, alors pourquoi pas ? Et puis, arrive Redd White.


"What the hell is this ?" dis-je, choquée au plus haut point
Je veux bien comprendre que l'on ait pas pu  lui mettre des cheveux violets, ou même lui trouver un accoutrement à peu près semblable à celui du jeu. Que l'on ait pas pu mettre ses expressions fantabuleuses dans toutes ses phrases histoire de lui donner de la crédibilité, tout ça, je peux le concevoir avec un peu de difficulté, mais ça serait passé sans trop de problèmes. Mais là, on est quand même passé de Mr. I'm not gay, I'm fabulouuuus à Tim Burton ! Il fait vraiment artiste torturé, alors que dans le jeu, il est juste complètement débile et rose, autant que sa complice Masha (qui n'apparaît pas dans le film, au grand regret de tous les pervers du monde).  A ce moment-là, je me pose des questions sur la suite du film, beaucoup de questions. Car seulement une heure du film s'est écoulée, alors que la deuxième affaire du jeu est passée. Le pouvoir de Maya n'est pas plus exploité que ça, on sait juste que Mia peut réapparaître sous forme de fantôme (moi qui pensait qu'elle était matérielle dans les jeux... Je me trompe sur tout apparemment. En même temps, comme personne ne rougit quand elle est dans le corps de Pearl, j'aurais du m'en douter...). 

La véritable histoire du film tourne autour de la dernière affaire du premier jeu (celle avec Ema n'est qu'un supplément pour la version DS du jeu), ou notre cher Benji se fait accuser de meurtre, mais surtout c'est une réouverture de l'affaire DL-6, affaire jamais vraiment résolue, l'avocat ayant réussi à atténuer les cironstances contre la volonté de son client. Les deux affaires étant étroitement liées. Pour ce côté-là, ça colle vraiment bien au jeu, à part au tout début un semblant d'attitude chaleureuse de Von Karma ou le lieu de l'affaire DL-6, qui est à l'origine un ascenseur (raison pour laquelle Hunter en est terrifié). Sinon, tout est bien respecté. La fin est même très cool.

Seulement, ce qui me gêne beaucoup dans le film, c'est l'absence totale de l'ambiance initiale du jeu. En effet, les touches d'humour sont absentes, la personnalité de Maya absolument pas respectée (normalement, elle est censée être joviale, enfin ! >.<)... Ce qui rend le tout assez plat et peu convaincant.


Un des (trop) rares moment d'humour
Qu'avons-nous au final ? Du côté des fans de la série, ils ne pourront que se réjouir de voir les personnages en chair et en os, spécialement le trio d'amis d'enfance Phoenix-Benjamin-Paul qui correspondent vraiment parfaitement à l'image que je m'en faisais. Sinon, les autres personnages n'ont que le physique comme ressemblance, sauf peut-être Mia. Le système de procès restera mitigé pour moi ; au moment de l'installation des machines dans le second procès, je me demandais sérieusement si c'était un remix version robot (ça aurait pu être drôle, quand même). Après, c'est vrai qu'il n'est pas facile d'adapter un jeu au cinéma ; c'est une des meilleures adaptations d'ailleurs (parce que, je veux pas dire mais, Resident Evil, pffff...), avec comme seul énorme défaut qui gâche tout, l'ambiance pas assez bien respectée. Pour ceux qui n'ont pas joué aux jeux, la plupart n'ont rien compris au film, mais je vous conseille les jeux comme vous l'avez compris. Je suis d'ailleurs en train de rejouer à Trials and Tribulations, le troisième opus ^.^ (et accessoirement, mon préféré)

Dans l'ensemble, c'est une bonne adaptation, donc, même si elle ne m'a pas transcendée. J'aimerais voir une suite, ça pourrait être sympa, même si on a déjà vu à la fin Hunter avec la guitare rouge de Matt Engarde (je m'attendais à ce qu'il nous joue un petit morceau, moi T.T), peut-être passer le deuxième volet. Parce que je veux voir Pearly, même si parfois trop de kawaiitude tue la kawaiitude, non mais oooohhh.

Phoenix Wrightien, Phoenix Wrightienne, regardez ce film très entraînant malgré tout, j'en garde un bon souvenir même si ce n'est pas celui du siècle. Par curiosité, je regarderai sûrement d'autres films de ce réalisateur.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire