vendredi 12 avril 2013

Tamako Market - Le mochi peut être kawaii

Résumé pas forcément Nayiesque :

Tamako Kitashirakawa est une jeune fille qui habite dans le quartier commerçant de Tamaya. En effet, sa famille possède une boutique de mochi (gateau de riz traditionnel japonais) depuis des générations.

Pendant qu'elle faisait des courses, en rentrant chez le fleuriste, elle remarque une étrange chose dans un bouquet, quand soudain, ce qui s'avère être un oiseau, se jette brusquement sur elle ! Mais ce n'est pas n'importe quel oiseau, c'est un oiseau qui parle le langage humain et qui, semble t-il soit investie d'une mission.

Cette série nous dévoile ainsi le quotidien peu ordinaire de Tamako, ses amis, sa famille, ses voisins, et de Dera Mochimazzi.


L'avis tout à fait Nayiesque :

J'avoue que je ne tiens pas longtemps mes promesses ; me voici déjà de retour dans le monde des tranches de vie à la con, mais après une horreur comme Kamisama Hajimashita, j'estime que j'en ai le droit. (si vous n'avez pas encore vu l'article, c'est par ici)  En plus, ce n'est pas n'importe quel anime : c'est Tamako Market, la dernière production en date du studio Kyoto Animation. Rien qu'à voir le portrait dépeint dans mon cher petit AnimeLand, ça m'a donné envie de me tourner vers l'anime. 

Et puis d'abord, c'est pas une tranche de vie à la con, c'est mignon pour une fois, et il n'y a pas d'allusions étranges toutes les 5 secondes (plus quelques références à d'autres animes si possible °3°). On évolue dans un univers choupinou, avec des personnages kawaii. Dit comme ça, j'avoue que l'envie de se plonger dedans est mince, mais ceux qui connaissent le studio l'ont sûrement déjà visionné rien que pour les miracles qu'ils ont déjà fait. Je n'ai vu que Lucky Star et K-on, je continue donc sur ma lancée KyoAni.

Donc, Tamako Market reprend l'histoire simple de la jeune Tamako qui est tout simplement adorable, dont la vie change quand elle rencontre un oiseau : Dera. Et là, grosse surprise : je me prends d'affection pour l'oiseau (comprenez qu'en fait je me fais un gros trip dessus). Du coup, je me contente de regarder l'oiseau tout le temps en souriant parfois (bah oui, moi j'aime l'humour con, pas volatile...). Et puis, grande révélation : il y a une tsundere. A lunettes. Je la regarde. Elle me regarde. Ah non, merde, elle est dans un anime, elle me voit pas. Bon, finalement on s'en fout en fait. Donc je la trouve trop mimi kawaii, et Dera (l'oiseau, vous vous rappelez) va la voir. Et là, grande révélation... Elle s'appelle Shiori !


Pas vraiment de ressemblance entre les deux Shiori, mais ça on s'en fout \o/
J'ai fait une sorte de tour sur moi-même en hurlant de joie, puis je me suis calmée, parce qu'en plein milieu de la nuit, c'est quand même un bruit étrange. Mais, Shiori quoi. Le plus beau nom du monde entier, au moins ! D'ailleurs, la fille qui porte ce prénom dans Mei's Butler, un manga que je n'aime pas, l'a totalement déshonoré, et j'exiiiige des excuses, tout de suite et maintenant èwé

Sinon, que dire de l'histoire en dehors de ces petits coup de coeur débiles ? J'ai eu envie de manger des mochis. Je n'en ai jamais goûté et j'oublierai sans doute cette envie dés demain, mais ça m'a donné faim à force d'en parler tout le temps. Petit rappel : le mochi est un gâteau de riz gluant que je n'aimerais sûrement pas. Et c'est tout ce que j'ai à en dire. 

C'est dans une rue commerçante dans laquelle elle a toujours vécu qu'évolue Tamako et ses amis (dont Kanna, que j'aime beaucoup. Ce qui la rend heureuse, c'est quand même de mesurer des longueurs et  des amplitudes, j'adore.), aussi son quotidien n'est pas le plus passionnant du monde. Ainsi, une seconde intrigue vient s'ajouter à la première, mais elle ne sera pas non plus prise au sérieux, ce qui n'est pas plus mal dans un univers comme celui-ci. Une histoire incluant l'oiseau qui ressemble plus à un ballon maintenant (nan, parce que le piaf qui parle ne vient pas de par ici voyez-vouuus), un prince, et une fille qui se trimbale à pieds nus toute la journée. J'ai rien contre ça, mais ça doit faire mal, quand même ? Finalement, l'issue est assez imprévisible et ce que je voulais, donc pas de problème avec ça. Quand à la toute fin de l'anime, elle fait vraiment "fin", ce qui n'est pas toujours présent dans un anime de ce genre. Bien d'avoir pensé à ça, donc. On a vraiment une sensation d'accomplissement en entendant le générique de fin.

Je suis déjà passé sur certains d'entre eux, mais les personnages sont vraiment attachants, tous plus les uns que les autres. Mochizou est vraiment très mignon avec son amour pour Tamako, Midori est jolie et gentille (tout ce qu'on lui demande quoi), et le reste est secondaire, mais il n'y a aucun problème avec les personnages. Ah si, j'ai eu un léger souci avec la fleuriste, qui a une voix tellement masculine que j'étais troublée, je pensais que c'était LE fleuriste (même si il serait habillé en rose avec de longs cheveux blonds dans ce cas-là.)


Cette tête de Kanna est juste SUBLIME
Pour ce qui est du côté technique désormais, je n'ai rien du tout à reprocher. Les graphismes sont assurés par la même personne que la responsable du chara-design de Lucky Star et de K-on (cela se ressent plus pour ce dernier, LS ayant des graphismes bien à lui), et c'est très réussi, sans qu'aucun personnage ne soit une copie conforme d'un autre de l'univers des musiciennes, à part peut-être entre Anko et Asuza où la ressemblance est très présente. Les décors ont beau être simple, ils sont colorés et joyeux, dans l'esprit de la série quoi. L'animation est digne d'un KyoAni : pas impeccable, mais nos yeux sont contents dans l'ensemble, pas trop de plans fixes où l'on voit uniquement des lèvres bouger.

Pour le côté musique, voici ce qu'il en est :

L'opening :


L'opening mignon, coloré, adorable, sans être la chanson du siècle non plus, correspond bien à l'ambiance de la série. Je ne l'écouterai pas tous les jours ; loin de là, même, mais elle remplit honorablement son travail.

L'ending :


Bah moi, bizarrement, je l'aime beaucoup malgré la petite voix kawaii dont je ne suis généralement pas fan. Je l'écouterai sûrement de temps à autre, jolie chanson !

Par contre, je n'arrive pas à trouver l'OST, je suis désolée. A la rigueur, j'édite si je le trouve, mais ça va être long... Si vous me le trouvez, vous me prévenez par commentaire, hein !

En somme, ce dernier Kyoto Animation est mignon, simple, rafraîchissant et est très entraînant. Si vous êtes en manque de kawaiitude, tournez-vous de ce côté là ! Ne serait-ce que pour Dera et notre Shiori \o\

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire