samedi 8 juin 2013

Kaleb T1 de Myra Eljundir

Résumé pas forcément Nayiesque :

A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : 
il se connecte à vos émotions pour vous manipuler.
Il vous connait mieux que vous-mêmes.
Et cela le rend irrésistible.
Terriblement dangereux.
Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer.
À la folie, à la mort.

Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé.
Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise.
Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus.
Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule...
Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Allez, The Birthday Massacre dans les oreilles, livre à côté de soi ; c'est parti pour un avis sur Kaleb. Parce qu'une fois n'est pas coutume, il va y avoir beaucoup de choses à dire. Girafe. C'était pour vérifier si vous étiez attentifs.

Comme beaucoup (trop ?) de livres, Kaleb me tentait horriblement (je parle bien du livre, pas du personnage. Ca, on y reviendra après ^^). Donc dés que je l'ai reçu, je me suis plongée dans ma lecture. Malheureusement, un EXAMEN SAUVAGE lance révisions ! VITESSE DE LECTURE est empoisonnée !  du coup je n'ai pas pu progresser très rapidement dans ma lecture. Et attention, grosse révélation mesdames et messieurs. J'ai aimé un livre également apprécié par Mam'zelle Amandine . Ce qui n'arrive que quand c'est la pleine lune, les planètes parfaitement alignées, et qu'une vierge est égorgée durant une année bissextile, je tiens à le rappeler. 

Qu'est-ce-qui m'a attiré dans ce livre ? TOUT.
Le fait que le héros soit badass, qu'il soit déconseillé aux âmes sensibles et... D'accord, au début, je n'avais aucune autre raison de l'acheter, ça ne tient vraiment à rien. Mais maintenant j'ai plein de raisons pour que vous, oui, toi, la face pleine de boutons, veule acheter ce livre. 

Alors, en premier lieu, je n'avais pu retenir qu'une chose : putain, ce héros est effectivement badass et en plus il a l'air pas mal égoïste. Mais ça me plait.

L'histoire se divise donc en cinq parties.

La première fait vraiment office de présentation. On plante le décor, on nous présente Kaleb et son entourage ainsi qu'un semblant d'histoire et de psychologie. Grosse ambiance dans les chaumières toi même tu sais ma gueule. 

La deuxième, c'est la découverte du don de Kaleb. On sent qu'il est un peu perdu, et ce côté humain fait du bien. On découvre aussi l'existence des EDV, et de l'autre côté on suit le colonel et son assistante, où on explore vraiment un côté insensible de l'histoire.

Troisième partie, début de l'explication de l'histoire de Mary Ann et de David et de la perte de contrôle de Kaleb. 

Puis, tout se déroule révélation sur révélation. C'est vraiment bien foutu ^^
Je viens de me rendre compte que je n'ai pas tant de choses à dire que ça sur l'histoire en elle-même. Malheureusement votre calvaire n'est pas fini. Car s'il y a un truc qui me vient en tête instantanément en pensant à Kaleb, c'est bien INCESTE RULES. Mais je m'égare.

Ce qui suit est un spoil. Surlignez pour voir.

Le gars est amoureux de sa soeur, ça encore on peut comprendre (pfiouu, ça se voit que je regarde beaucoup d'animes), mais n'oublions pas que le gars rêve toutes les nuits de faire l'amour avec... Sa tante. Certes il ne le sait pas, mais ça reste quand même un petit peu glauquounet.

Ceci est la fin du spoil.

Sinon, dans l'ensemble, l'histoire est cool, sans moment de flottement particulier, rapide, rythmée. Le style d'écriture est incroyablement prenant. Mais on n'a pas encore abordé les personnages dis donc ! 

Celui qui donne son nom au livre ne s'appelle pas Marc-Edouard mais bien Kaleb (paraît que ça se dit "Raleb", mais en fait je le ferai jamais). Je pense que l'on peut le qualifier de beau brun ténébreux, non ? Mais figurez-vous que je le supporte et même que je l'aime bien ! Miracle. Evidemment, il m'énerve quand même à certains moments, mais on a déjà bien progressé vers la sortie de ma Beaubrunténébrositopopophobia. A propos de lui ? Il est étrangement attachant même si c'est un peu un connard sur le bords, il est bien développé intelligemment, et comme c'est subtilement indiqué au dessus, il est badass, sans jamais tomber dans le trop néanmoins.

Pour ce qui est de Lucille elle m'a tellement énervée que j'aurais pu la manger sans AUCUNE scrupule.

Sinon, je n'irai pas jusqu'à dire que j'aimais bien le colonel, d'ailleurs ce n'était pas le cas, mais il est parfait dans son rôle de gros méchant et surtout crédible. Il ne se contente pas de dire "Gnahahaha, ji vais tuer lé héros pirce qué ci lé héros" (tous les bons méchants pourris ont un accent de merde), ses motivations sont clairement expliquées.

A part ça, pas beaucoup de personnages ne sont mis en avant, même si j'aimais bien Robin pour une raison qui m'échappe totalement x)

Ah oui, au fait, fun fact ni fun ni fact, sur Mary Ann je collais la tête de Mary dans Ib ^^


Mary au début du jeu...
... Et à la fin...

En résumé, malgré quelques détails dérangeants et des révélations plutôt prévisibles parfois, Kaleb reste un livre très agréable que je ne pouvais pas lâcher et que je ne peux que vous recommander !







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire