jeudi 6 juin 2013

Sayonara Zetsubou Sensei - ZETSUBOU SHITA !

Résumé pas forcément Nayiesque :

Nozomu Toshiki est un professeur de lycée très pessimiste dont même les kanji de son nom forment le mot désespoir. C'est en tentant de se suicider en se pendant à une branche de cerisier qu'il rencontre Kafuka Fûra, une jeune fille au caractère totalement opposé au sien. Celle-ci, le "sauve" en quelque sorte et lui explique qu'il ne faut pas se suicider en un si beau jour de printemps. D'une naïveté et d'un optimisme débordant elle croit même que, comme ses parents, Nozomu n'a pas tenté de se pendre mais plutôt de se faire grandir et lui donne le nom de "Sous-chef Rose". Exaspéré par cette fille au point de vue si différent du sien, Nozomu s'en va, renonçant pour un temps à se suicider mais il n'est pas au bout de ses surprises car c'est en classe qu'il retrouve Kafuka qui se révèle être une de ses élèves. Mais Kafuka n'est pas si différente de ses camarades, et le professeur désespéré va devoir faire cours à des élèves très spéciaux...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Après avoir lu le premier tome du manga et vu le premier épisode dans une époque bien lointaine, j'avais envie de reprendre cet anime qui sort tellement des sentiers battus. Car oui, messieurs les censeurs, cet anime est drôle ! Oui monsieur ! Bande de vils mécréants ! Ce monde où les animes drôles ne sont pas toujours reconnus comme tels me désespère ! Où est ma corde ?

Brrrrrrrref.


Cet article vous est présenté par des filles trop meugnonnes...
...Surtout comme ça 
Sur un principe qui peut paraître tout con (la rencontre entre la personne la plus optimiste et la plus pessimiste du monde), ce n'est pas du tout la remontée progressive vers le bonheur qui nous intéresse ici, du moins dans cette saison. Pour le début de la saison, chaque moitié d'épisode est consacré à la présentation d'un élève de la classe, la petite troupe principale en quelque sorte. Des caractères tout aussi originaux que variés. J'ai eu un gros coup de coeur sur Meru (juste au dessus, c'est même mon fond d'écran de tablette. Pour info, sur mon ordi c'est Garry et mon portable Dio 8D) et Komori (en dessous) tout spécialement. Elles sont toutes les deux kawaii, Komori est une hikkikomori légèrement tsundere et Meru a un petit penchant yandere de temps à autre, que demander de plus ? 

On va être honnête, le trio comédie / slice of life / school life et celui qui est le plus redouté au monde parce qu'il regorge de copies des unes des autres et surtout de jolies petites bouses dégoulinantes. Par son originalité, Sayonara Zetsubou Sensei se situe bien au-dessus par son humour aussi con que plutôt noir parfois, et ses débuts de réflexion qui naissent de la bouche du Professeur Désespoir (avant que quelqu'un ne sorte une connerie énorme juste après). 

L'ambiance de SZS (vive les acronymes pour combattre la flemme) lui est vraiment propre. Dés le début, on voit un homme que l'on ne connaît ni d'Eve, ni d'Adam, ni de la voisine pendu à un arbre avec des paroles de plusieurs narrateurs si je me souviens bien. On sait directement dans quoi l'on s'est fourré, et c'est pas plus mal que ça. Tourner autour du pot n'a jamais été apprécié, sauf par ceux qui ne jurent que par les animes à rallonges. Les dialogues suivants sont ensuite absurdes et remplis d'un comique plutôt efficace. Remarquons que la "positive" du lot, Fuura, soit obstinée à se dire qu'il ne peut pas y avoir telle ou telle chose si près d'elle (une hikkikomori par exemple), ce qui peut être considéré comme de la naïveté, mais aussi une certaine forme de pessimisme... Même si elle trouve toujours plus merveilleux que la réalité. 

Les premiers épisodes sont consacrés à la présentation des personnages principaux qui suivront le héros dans ses péripéties quasiment tout le temps, puis les autres à ces dites péripéties. Il n'y aura jamais un épisode plus sérieux, la dose sérieux/humour est répartie pareillement d'un épisode à un autre. Le côté cynique qui domine est propre à l'anime, il ne plaira sûrement pas à tout le monde, ça n'en reste pas moins unique. 



Pour ce qui est de la fin, je n'ai pas eu de problème à l'accepter comme c'est souvent le cas dans les animes en plusieurs saisons. Peut-être n'avait-il pas encore eu de confirmation pour une deuxième saison et s'était-il assurer de bien clôturer l'anime. Merci au studio.

Pour les personnages ? YURI EVERYWHERE
Oh, j'ai déjà dit ça la dernière fois ? Tant pis. Mais entre Komori et la prof c'est vraiment vraiment vraiment du yuri d'accord ? :3
Les personnalités sont tellement différentes les unes des autres que les situations tournent bien souvent en une opposition, pour le plus grand plaisir de tout le monde. Big up à Chiri et Kaede, chieuses à temps plein.
Tant de personnalités hautes en couleurs que la normalité est considérée étrange ! Je ne m'en suis toujours pas remise. Et pourtant c'est vraie que je ne me souviens même pas du nom de celle qui était juste ordinaire. On a besoin de personnalités pour vivre dans ce monde de brutes. ;w;


Fan-service desu ~~
Pour la technique ? Les graphismes ne plairont pas à tout le monde, c'est certain. Ce style à grandes - très grandes - oreilles, yeux ronds et extrêmement simpliste, réduit, ne saura pas être agréable aux yeux de tous. Pour ma part, je les considère comme une partie propre au manga/l'anime que l'on ne pourrait pas enlever. 
Sinon, pour l'animation, je vous dirai en 5 lettres, studio d'animation qui a fait notamment le buzz avec Puella  Machin Truc Magica, je suis, je suis, je suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis... La mer noire ! 

Coucou les openings :3




Pour celui-là, je dois avouer que je n'ai aucune idée de pourquoi ça me donne envie de donner comme une patate. Le décalage entre le début plutôt dérangeant (je ne vois pas d'autres mots) et la fin avec la voix de la fille qui se rajoute est juste énorme. N'empêche que c'est réussi, et en prime on a un aspect graphique très cool.



Comparée au premier opening, c'est plutôt plat malheureusement :/ Ça reste assez agréable à écouter, sans être transcendant non plus. Toujours aussi réussi côté graphismes par contre. 

Endinguuuu



En parfait accord avec l'ambiance générale de l'anime et des graphismes stylés et atypiques. J'aime :3

Du côté de l'OST, l'utilisation du morceau mélancolique avec des "aahaahhhh" est un peu trop fréquente, mais elle reste en somme assez discrète, même si elle ne fait pas de miracles.

Sayonara Zetsubou Sensei est véritablement un ovni dans le milieu des tranches de vie, une des meilleures cependant. Je continuerai avec plaisir les aventures du Professeur Désespoir et je vous encourage vivement à faire de même ! x3


Teehee ~~

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire