lundi 22 juillet 2013

Struck de Chris Colfer

Résumé pas forcément Nayiesque :

Carson Phillips est prêt à tout pour entrer dans la fac de ses rêves… et par la même occasion, laisser derrière lui une mère dépressive et une ville misérable. Même s’il lui faut, pour appuyer sa candidature, lancer seul un magasine littéraire.
Malheureusement pour lui, les étudiants ne semblent guère capables d’écrire autre chose que des textos. Qu’à cela ne tienne, l’adolescent est aux aguets, et surtout il n’a plus rien à perdre. Après tout, qu’arriverait-il si le beau gosse du lycée apprenait que sa petite copine pom-pom girl couche avec le coach dans son dos ? Ou que la première de la classe n’hésite pas à envoyer des photos d’elle nue à n’importe qui sur Internet ? Pour parvenir à ses fins, Carson a une nouvelle stratégie toute trouvée : il se transforme en maître chanteur. Mais à force de jouer les corbeaux, ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ?


L'avis tout à fait Nayiesque :


Avant de commencer à parler du livre, je voudrais vous signaler que ce que vous voyez est extrêmement rare. D'habitude ce genre de livre j'en lis quatre mille, mais je ne pourrais pas en faire un avis détaillé, bêtement parce qu'il n'y a rien à dire dessus, un peu comme les animes tranches de vie. A peu près comme tous les livres de Meg Cabot par exemple, je les aime beaucoup, mais il n'y a pas grand-chose à dire dessus. Quelque chose comme "ouais, c'était cool" devrait suffire. Mais là, j'ai décidé de prendre mon clavier et d'écrire sur Struck. Deux choix possibles : soit c'était un truc tellement pourri que je pourrais faire un de mes avis complètement rageux que vous adorez plus que tout au monde (ne niez paaaaaas), soit c'était vraiment très bon et ça se démarquait assez pour que je puisse faire plus que quatre lignes. 
Je suis ravie de vous dire que c'est la deuxième solution. 

En fermant le livre, je n'avais qu'une pensée en tête, et c'était "Non seulement ce caca (ici dans un sens gentil, comme quand on appelle quelqu'un mon petit caca d'amour. Quoi, personne ne fait ça ?) est la seule raison pour laquelle j'ai terminé la première saison de Glee (pas la suite, faut pas déconner non plus), mais en plus il écrit super bien, et accessoirement mille fois mieux que moi. Bon, est-ce-qu'il a fait d'autres livres. Merde, ils sont pas traduits et je parle anglais comme une chaussette.". J'ai aimé ce livre. Beaucoup. Passionnément, à la folie, tout ci tout ça.

Une petite mise en garde néanmoins, c'est un très bon exemple pour illustrer le "ça passe ou ça casse". Si j'ai aimé ce livre, c'est principalement parce qu'il convient totalement à mes goûts (le héros n'a ni cernes ni chapeau et ne sera jamais doublé par Okamoto Nobuhiko, mais c'est quand même pas mal du fan-service). 

Je parlais de l'écriture de Chris Colfer au dessus, reparlons en. L'histoire a un ton cynique constant mais ô combien plaisant. Evidemment, ça ne le sera pas pour tout le monde, on revient à ce que je disais au paragraphe précédent. Mais il écrit indéniablement bien, et on ne peut pas lui enlever ça. Que j'admire les gens qui savent tout faire. Manquerait plus qu'il nous compose un album dans la foulée, qu'il ouvre une galerie d'art et qu'il devienne champion du monde de salsa. Enfin, il a été très bon et a même fait preuve d'autodérision à un moment (je pense qu'il sait bien qu'une bonne partie des gens le voit comme "le mec de Glee"...), ce qui est toujours appréciable. J'aime bien les gens qui ne se prennent pas au sérieux.

Si l'histoire n'est pas non plus ultra poussée comme d'ordinaire dans les livres de ce genre, elle a au moins le mérite d'être bien ficelée et de sortir de l'ordinaire. Je vous laisse la découvrir par vous même, ce n'est pas le genre d'histoire qu'on explique.

Du côté du personnages, Carson est tellement un narrateur génial. En ce moment, j'ai plus droit à des personnages qui décrivent ce qu'il se passe autour d'eux de manière vraiment pas naturelle. Ça peut marcher, même moi je le fais, mais avec Carson c'est kool avec un k. Déjà, il a pile le type d'humour qui me fait rire, il est très porté dans le sarcasme (je suis que le mien n'est pas comme ça et que dire caca suffit pour me faire rire, mais chut) . Ensuite, il est bourré de défauts, et pourrait facilement passer pour insupportable. Pourtant, je me suis terriblement attachée à lui. C'est pourquoi, vers la fin, j'étais vraiment triste, et j'avais les larmes aux yeux pour lui. Je vous jure, c'est rare avec moi, et là c'était vraiment pour pas grand-chose diront certain, mais ça m'a terriblement touché. Chapeau donc. En plus, son entourage est vraiment une bande de stéréotypes sur pattes (encore une fois, il le tourne en dérision) ce qui ne fait que plus aimer Carson. Et Malerie, parce que Malerie est sacrément chouette aussi. 

En conclusion, ce que vous devez faire : Je sais pas. Vous faites ce que vous voulez c'est votre vie. Vous pouvez aller à la piscine, à la plage, aller manger une glace. Ou acheter ce livre, mais ça dépend vraiment de vous. L'appréciation dépendra du lecteur, pour conclure.

Waw, j'ai dit caca quatre fois en tout dans un truc qui n'a rien à voir, ça montre ma maturité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire